FAITES VIVRE LA CHOUETTE MONNAIE

Adhésion utilisateur Adhésion Commercant

ARTICLE

Résilience monétaire publié le 29/03/2020

Soucieuse de faciliter les échanges de biens et de services, l’espèce humaine a su se doter

d’un intermédiaire d’échange : La monnaie. Composante indispensable de toute civilisation, elle

a su revêtir différentes formes à travers les âges et les pays.

Au cours du vingtième siècle, les avancées technologiques ont permis de dématérialiser la

monnaie dite fiduciaire (celle qui regroupe les moyens de transaction palpables), en monnaie

scripturale. Cette révolution, permettant de s’affranchir des supports physiques tels que les

billets ou les chèques, a permis d’intensifier le commerce international en garantissant des flux

financiers plus rapides.

L’autre conséquence de cette avancée fut l’uniformisation du système monétaire planétaire, ce

qui conditionna les échanges économiques à être de plus en plus déshumanisés.

Or, l'uniformisation dans un système (monétaire, mais la remarque est également valable en

biologie), bien qu’elle soit source de performance, a également tendance à le rendre plus fragile

face aux aléas à faible probabilité. En effet, c’est la diversité d’un système qui créé sa résilience

et le rend capable de s’adapter à des situations imprévues.

Ainsi, de nombreux exemples témoignent de l’intérêt d’une diversification des systèmes de

paiement avec des solutions locales qui s’inscrivent en complément des outils monétaires

globaux.

Dans la ville autrichienne de Wörgl, au début des années 1930, en pleine crise qui entraina

chômage et pauvreté, le maire eu l’idée de mettre en place un "bon-travail" de 1 ; 5 ou 10

shillings, avec la valeur identique placée à la caisse d’épargne locale.

Ce bon perdait 1% de sa valeur par an, à moins d’être tamponné par la mairie qui percevait le

pourcentage. Cette ébauche de monnaie locale circula jusqu’à 13 fois plus vite que la devise

nationale et permis de redynamiser l’économie, faisant reculer le chômage de 25%, tandis qu’il

augmentait de 20% dans le reste du pays.

"La rapidité de circulation de cette monnaie locale permit d'effectuer en trois mois

100 000 schillings de paiements avec une quantité de bons de 12 000 schillings." source

Wikipédia.

Cet outil, un intermédiaire d’échange locale que se sont appropriés les citoyens, a permis

de redynamiser le territoire et d’accroître ainsi sa résilience face à la crise.

De la même manière, une monnaie locale complémentaire ne vise pas à remplacer l’Euro, mais

constitue une alternative pour apporter de la diversité, dans le respect de valeurs éthiques et

environnementales.

ENVIE DE NOUS DIRE UN PETIT MOT ?

Courrier

Maison des associations

2 rue des Corroyeurs - BP D8

21068 Dijon cedex